Photo par Mathieu Rivard

Salut toi !

Je m’appelle Dïana (prononcé à l’anglaise), et je suis née à Montréal dans le milieu des années 80. Et si tu te le demandes, je suis d’origine haïtienne.

À neuf ans, je savais déjà que je voulais être écrivaine. Dès ce jeune âge, j’en ai noirci, des pages blanches ! D’ailleurs, je les ai soigneusement conservées. Pour moi, elles représentent des souvenirs précieux. Quelques fois, je m’amuse à les relire ; elles me rappellent d’où je viens, et témoignent de mon évolution en tant qu’auteure.

Je suis une personne introvertie, super artistique, qui préfère s’exprimer sans avoir à ouvrir la bouche. Bizarre tu dis ? Je ne trouve pas ! Mon côté extraverti, je l’extériorise par différents médiums. Par exemple, j’ai fait du ballet pendant plus de quinze ans. Je me suis déhanchée sur des passerelles pour différents designers québécois. Pendant un moment, j’ai même offert des cours de danse à mon tour. Je m’implique à fond et sans réserve dans tous les projets que j’entreprends : pour moi, c’est toujours d’abord et avant tout une question de passion.

J’ai fait mes études à l’Université de Montréal dans des domaines divers, tels que la psychologie, la criminologie et l’intervention psychoéducative. Au bout de mon parcours scolaire, j’ai œuvré auprès d’ados qui vivaient de l’exploitation sexuelle par les gangs de rue et qui souhaitaient s’en sortir. C’est de là, entre autres, que m’est venue l’idée de mettre noir sur blanc, mon premier livre, Fille à vendre.

Mes autres romans se veulent aussi des récits à saveur préventive : j’aime tenir les jeunes comme toi informés, sans censure, tout en rédigeant des histoires divertissantes.

Quand on parle d’écriture, le superficiel et l’ordinaire m’écœurent ; mon but ultime, c’est de conscientiser tout en amusant, et j’espère sincèrement que c’est mission accomplie.

Je te souhaite une bonne navigation sur mon site !

À bientôt,

Dïana 

2015 par Dïana Bélice