Document de ressources disponible à la fin du roman.

Oui. Non.

 

Le dictionnaire est assez clair sur la définition des deux termes.

 

Oui : exprime une réponse positive à une interrogation.

 

Non : préfixe exprimant l’absence, la négation, le contraire, le REFUS.

 

C’est exactement ce que j’ai tenté de faire comprendre à Zackary, ce soir-là. Non. Que je ne voulais pas. Même que je lui ai crié. NON ! Pourtant, ma réponse ne voulait rien dire pour lui.

 

Et maintenant, je ne suis plus que l’ombre de moi-même.

 

L’agression sexuelle est l’acte criminel le moins signalé à la police.Pourquoi ? Parce que la honte et la peur accablent la victime. Parce que la victime doit, en plus, faire face aux préjugés véhiculés par la culture du viol. Ce concept, transmis encore de nos jours aux jeunes générations, nous dicte, entre autres, « de ne pas sortir seule le soir, sinon on cherche le trouble », « de ne pas s’habiller sexy, parce qu’on provoque les hommes », « de ne pas embrasser si on n’est pas prête à aller jusqu’au bout », « de ne pas dire non après avoir dit oui ».

 

Dans notre société dite évoluée, le fardeau de la preuve appartient toujours à la victime d’une agression sexuelle, non à l’agresseur. Il est primordial d’éduquer nos jeunes et de faire changer la honte de camp.

 

Plutôt que d’enseigner à nos filles quoi faire pour ne pas être violées, apprenons à nos fils à ne pas violer.

 

Mis en garde : contenu explicite, lamgague grossier et violence.

2015 par Dïana Bélice